Uchi-Deshi : Brisons la glace avec Wim Hof - M.Mih, Aventurier

Uchi-Deshi : Brisons la glace avec Wim Hof

Contexte

Après avoir décidé de partir en tant qu’élève interne étudier l’Aïkido avec Framagirl au Mexique chez Juba Nour Senseï pendant 5 mois, ce fut le départ, le 26 septembre 2017. 50 jours plus tard, et plusieurs articles racontant les péripéties (le Rest Day, « Je n’ai jamais économisé mes forces pour le retour », L’océan n’est pas hostile, il n’est juste pas complaisant, Faire de beaux rêves ou descendre au fond du gouffre, Le Niveau Zéro), nous sommes envoyés aux États-Unis, à San Diego en Californie, chez Deena Senseï, pour continuer notre Uchi-Deshi (programme d’élève interne).

Nous voilà donc dans un dojo « classique », c’est à dire : plus au milieu de la brousse mexicaine. Avec des élèves qui ont une vie à côté, qui sourient, rient. Certains sont taillés comme des armoires à glace (Glace ? C’est tout le temps la saison en Californie !), d’autres minces, petits, mignons. Certains ont peur, même des gros costauds. Certains sont doués, d’autres moins. Dynamique de dojo, tout le monde donne un coup de main pour le ménage. On sourit, on prend des nouvelles les uns des autres. L’Aïkido est un loisir, un hobby, une activité physique qui prend plus ou moins de place dans la vie de chaque pratiquant.

Horaire cours San Diego AÏkikaï

Tous les matins, du lundi au samedi, nous avons aussi 30 minutes de misogi (rituel shintoïste de purification par la voix) suivi de 30 minutes de zazen (méditation issue du bouddhisme Zen), de 6h30 à 7H30.

Entre le cours du matin et les cours du soir, on fait du streching, du yoga, on cuisine, fait des courses, mange, sieste et nous avançons sur nos projets… C’est bien différent de Baja Aïkido, où nous n’avions pas vraiment de temps où les pensées pouvaient s’aventurer hors de l’univers de l’Aïkido.

On cours souvent, en rond dans le quartier (plutôt en carré, ce sont les rues à l’américaine, tracées à la règle). Voilà à peu près le programme de nos journées ici.

État d’esprit

15 novembre – 6 décembre 2017
Si tu as suivi les derniers articles, tu peux te faire un aperçu de mon état d’esprit en arrivant à San Diego.

Sinon, je te fais un résumé : désillusionné à propos de ce que l’Aïkido peut m’apporter, je ne suis plus motivé pour avoir peur sur les tatamis. J’ai concentré ma force mentale pour tenir le coup au Mexique.

Maintenant, sans être déprimé, j’ai envie que l’expérience s’arrête. Non pas que je sois fâché avec l’Aïkido. J’ai voulu tester en profondeur, voir si mes blocages vis-à-vis de cet art martial pouvaient être dépassés en y allant à fond, à corps perdu. Finalement, je trouve que les inconvénients sont trop importants par rapport aux avantages que m’apporte une pratique soutenue.

Comme j’aime dire (de manière un poil sarcastique) : je suis trop heureux pour faire de l’Aïkido. Je ne cherche pas une voie miraculeuse pour donner un sens à ma vie, l’Aïkido n’est pas pour moi un remède à une existence laborieuse. Je ne veux pas / plus me sacrifier pour l’Aïkido.

C’est pourtant ce qu’on nous demandait au Mexique…

Alors, voilà.

Je suis à San Diego.

Nous sommes arrivés le 15 novembre.

Le fait que ce soit un dojo « normal » fait que je peux retrouver un peu de sécurité dans la pratique, et de temps en temps, un peu de plaisir. Des moments d’ennui aussi, surtout quand les journées sont longues (comme le mercredi, où nous avons 6h de cours en tout).

Là où il était une question de survie au Mexique, face à la puissance d’un Senseï extraordinaire et de l’océan, ici, il s’agit parfois de faire avec le sentiment analogue d’être à l’école, et d’attendre que le cours touche à sa fin. La plupart du temps, cependant, j’arrive à trouver mon compte pendant l’Aïkido. Le fait d’avoir beaucoup de temps libre pendant la journée compense bon gré mal gré les cours du soir.

Ainsi est la vie.

Je m’organise pour me projeter dans une tonne de projets pour l’Après : écriture, développement de ma présence sur les réseaux sociaux, préparation des animations d’été pour les enfants…

Sans fuir le présent, j’évite de me retrouver prisonnier de ce dernier, afin qu’il reste toujours un cadeau offert par le temps, un présent, et non un « futur passé ».

Le fait de mettre un terme à cette aventure est présent. J’y pense régulièrement. Nous en avons déjà discuté avec Framagirl. Elle sait que c’est plus qu’une simple blague dans mon esprit.

Il est prévu que nous retournions le 6 février au Mexique, pour le Winter Camp d’une semaine, et reprenions un avion le 26 février pour la France.

Tenir jusqu’à là, je n’y crois pas, mais je ne veux pas me fermer de porte. Je me méfie de mes humeurs, je ne veux ni agir sous le coup des émotions, ni me fâcher avec l’Aïkido d’un seul coup. Au contraire, je veux rester en bon termes avec cet art martial, et par conséquent, si j’arrête, le faire pour les bonnes raisons. Ou au moins, pas pour de mauvaises…

Mais voilà, ça, c’était du 15 novembre au 7 décembre. Car après, le 6 décembre, il y a…

Le 8 Décembre : M.Mih brise la glace

Je fonctionne par impulsions. Tel un atemi (menace de coup en Aïkido qui peut toucher sa cible en fonction de la réactivité de cette dernière…) représentant un argument tout à fait valable pour que je daigne bouger ma carcasse, je fonctionne par impulsion. Par poussée d’enthousiasme.

L’enthousiasme agit comme un engrais pour le cerveau (c’est prouvé scientifiquement ! ). Et peut-être le seul sens de ma vie est-il de trouver comment me donner la liberté de suivre ces impulsions.

Là, cette impulsion, c’est Framagirl, ma compagne étonnante, qui me l’a donnée.

Je parle toujours de mille et une choses. Wikipédia est mon ami, je me documente sans cesse, pour laisser les connaissances s’enfouir dans le terreau de mon quotidien. Et parfois, un jour, ça pousse, ça germe.

Alors, bien sûr, oui, j’avais déjà entendu parler de Wim Hof. Ce type cinglé qui a plus d’une vingtaine de records du monde à son actif : apnée sous la glace polaire, marathon pieds nus autour du cercle polaire, bain glacé… Bref, un type givré, si je puis me permettre.

Ça impression le grand public. Mais voilà, ce type ne s’arrête pas là. Il soutient qu’il peut apprendre à n’importe qui à faire autant. Mais qui voudrait faire comme lui ? Je ne suis pas du tout intéressé par l’extrême, j’aime bien la vie, moi. (Vous vous rappelez, je suis déjà trop heureux pour faire de l’Aïkido, alors prendre des bains glacés…).

Mais là où la glace se brise (combien de fois vais-je encore faire ce jeu de mot…?), c’est qu’il détaille les avantages, selon lui de sa méthode. Bienfaits qui sont en train d’être confirmés par la science…Et sa philosophie. Car oui, Wim est loin d’avoir de l’eau (glacée) dans le cerveau.

Cours en ligne, sur 10 semaines, avec exercices de respiration, exposition progressive au froid, et yoga. Le froid de l’Alsace me manquerait-il à ce point-là ?

Ça te dirait ? Me propose innocemment Framagirl.

J’aime le fun. Et là, ça me paraît fun (pardon mère, toi qui souffre du froid en Alsace. J’ai bien peur que tu ne puisse jamais comprendre ton fils…).

Et si…

D’après Wim Hof, tout est possible. Cela rejoint ma vision : nous sommes tous des super-héros en puissance, mais entourés de kryptonite (pollution, alimentation, mode de vie…).

Et si cet élan d’enthousiasme me permettait de non seulement tenir toute la période à San Diego, mais de le faire avec le sourire, la rage, le plaisir ? (Amour, gloire et beauté… Des mots, qui font rêver…)

Défi. Enthousiasme. Découverte. Philosophie.

La nature est mon enseignant.
Wim Hof

8 décembre 2017

C’est parti ! Nous sommes inscrits à ce cours en ligne sur 10 semaines. Soyons fous, une fois de plus dans notre vie de Framagirl et M.Mih !

Évidemment, je rendrai compte de cette expérience sur ce site. J’aime être un aventurier. À ma manière. En choisissant mes aventures. Simplement.

À très vite !

Le site de Wim Hof : The Wim Hof Method.

M.Mih teste Wim Hof...

 

Tu as apprécié cette article ? Abonne-toi ci-dessous afin de ne pas jeter un froid entre nous !
Un partage, un like, un commentaire (ici plutôt que sur Facebook) feront de moi le M.Mih le plus happy d’Internet. Ça vaut le coup, non 😉 ?

Tous les articles Artiste Martial sont ici !

9 pensées sur “Uchi-Deshi : Brisons la glace avec Wim Hof

  • 23 décembre 2017 à 22 h 43 min
    Permalink

    Du coup, tu es passé de « Je ne suis plus trop chaud pour pratiquer » à « L’Aïkido ne me fait plus ni chaud ni froid… » Tout ça, c’est pour garder la tête froide ou te rafraîchir les idées ? En tout cas, tu testes des tas de trucs, t’es pas du genre frileux ! Et, au vu de certaines photos, tu ne te laisses pas refroidir par la peur du ridicule. Tu sais rester frais et dispos en toutes circonstances. Bon, je te laisse, je retourne sous mes plaids, parce qu’on se gèle ici.

    Répondre
    • 23 décembre 2017 à 23 h 13 min
      Permalink

      Me voilà cerné de toutes parts par ton intelligence implacable…
      Merci de ton passage ici.

      🙂

      Répondre
  • 18 décembre 2017 à 20 h 25 min
    Permalink

    de la modération en tout… les extrêmes sont parfois signes de curiosité, de jeunesse ou d’un esprit qui surfe plus vite et plus loin que d’autres. Ne pas s’inquiéter!!! La jeunesse est encore présente en vous, heureusement. Profitez du soleil…. ici c’est froid, ciel gris, triste!!! A chaque jour ses joies et qui dit joies peut aussi dire ennui ou lassitude…. laisser reposer l’eau agitée et la luminosité réapparaît. Bises à vous2
    notre ordi lui est toujours « givré » par contre.

    Répondre
  • 18 décembre 2017 à 18 h 24 min
    Permalink

    Intéressant ton récit. Attendons la suite.

    Répondre
  • 18 décembre 2017 à 0 h 34 min
    Permalink

    Ça rechauffe le coeur de vous savoir dans de bonnes vues et de bonnes humeurs.
    On réfrigére l Alsace en vous attendant.
    A tt bien chaud.

    Répondre
  • 18 décembre 2017 à 0 h 23 min
    Permalink

    Wouahou il envoie celui-là d’article. Bravo pour toute cette aventure déjà bien avancée.
    Je suis ravi surtout de voir là davantage d’aspects sur ton ressenti d’aventurier. Et ce que tu en fais, toujours avec plein de rebondissements.
    L’enthousiasme, s’il va et vient, reste une question d’opinion, d’impression (pas forcément sur papier) et de point de vue… Actif ou passif, modéré, il reste intact en toi apparemment, mais se transfère d’un domaine, une activité, une réflexion sur un nouveau sujet,, vers l’autre.

    Quel bonheur avec tout cela de te suivre !

    J’ai été revoir le site de Framagirl du coup, ta femme avec qui tu sembles bien vivre. Cela aussi, tout comme ton site, fais plaisir à voir…
    Demain je regarderai donc les sites non encore visités que tu as mis en lien.

    Namasté ami !

    Répondre
    • 18 décembre 2017 à 6 h 39 min
      Permalink

      Quel commentaire !
      Merci, tu es fidèle au poste !

      Répondre
      • 6 janvier 2018 à 22 h 42 min
        Permalink

        Yes l’ami, et depuis… j’ai été voir les sites en question. Je n’adhérerai pas à l’idée de Win Holf à 100% mais il y a du autant surprenant que bon à prendre, modérément 😉
        Du coup je lis ton autre article sur la newsletter, puisque celui-ci je l’avais déjà lu.
        Mais avant, je regarde si j’ai loupé d’autres réponses à mes commentaires ici… sur de précédents articles.

        Bon week-end à toi ! 🙂 Gratitude et nous, pour l’occase d’actu’ « on est tous rois, car maîtres de nos destins au sens créatif ». Sans ça, où serait l’authenticité des artistes multiples ? 😛

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.