52 pensées sur “Il était une fois la dernière escadrille…

  • 26 septembre 2017 à 20 h 39 min
    Permalink

    Merci d’avoir mis en mots cette journée qui avait l’air porteuse de maux ! J’espère que tu as retrouvé la forme pour ton départ au Mexique !

    Répondre
    • 26 septembre 2017 à 22 h 09 min
      Permalink

      Qu’importe la forme, tant qu’il y a le Vif !
      Merci pour ton commentaire 🙂

      Répondre
  • 24 septembre 2017 à 9 h 57 min
    Permalink

    Quelle aventure humaine et quel spectacle rocambolesque ! Ô compagnon de l’Instant 249, merci à toi, je suis fier d’avoir partagé ces foulées à tes côtés. Je savoure tes mots, images et sensations, je salue la puissance de ta détermination. Courage et Dévouement ! Uchideshidooo !

    Répondre
    • 24 septembre 2017 à 12 h 07 min
      Permalink

      Merci jeune homme !
      En 2018, c’est ensemble sur la même distance… avec Axel, tiens aussi. Et puis tous les autres. Que dirais du Marathon des Crêtes :p ?

      Répondre
  • 23 septembre 2017 à 8 h 44 min
    Permalink

    Hé ben, j’avais pas compris que c’était si hard, en tout cas bravo; quand tu te lances dans quelque chose, c’est à fond, c’est tout toi.et maintenant bon séjour au Mexique
    Th

    Répondre
    • 23 septembre 2017 à 10 h 08 min
      Permalink

      Merci !
      Tant que c’est à fond et pas au fond, ça me va.
      L’aventure continue pour le Mexique ! Départ ce soir pour Paris, lundi pour le Mexique !
      Merci pour ton commentaire.

      Répondre
  • 22 septembre 2017 à 21 h 12 min
    Permalink

    Superbe récit ! Mince j’en ai eu les larmes aux yeux ! J’ai fini le semi-marathon (mon premier) et ce sentiment de bulles je l’avais aussi ! L’escadrille superbe à l’arrivée… c’est tentant d’essayer de vivre cette aventure l’an prochain peut-être !

    Répondre
    • 22 septembre 2017 à 23 h 37 min
      Permalink

      Tu ne peux pas savoir Carine à quel point ton commentaire me fait plaisir ! Ça me donne tellement envie d’aller courir avec vous tous, tous ceux qui m’ont laissé un commentaire. Vous êtes trop chouettes !
      Courir est un plaisir et un défi.
      Écrire est un plaisir et un défi.

      J’vous aimes 🙂
      Merci pour ton commentaire !

      Répondre
  • 22 septembre 2017 à 18 h 38 min
    Permalink

    Bravo, c’est un bel exploit. Merci de nous le faire partager. Je suis admirative.

    Répondre
    • 22 septembre 2017 à 23 h 28 min
      Permalink

      Merci de l’avoir lu jusqu’au bout ! C’est encourageant, merci pour ton commentaire 🙂

      Répondre
  • 22 septembre 2017 à 13 h 26 min
    Permalink

    Ce récit est une très belle métaphore de la vie, je vais le garder dans un coin de ma tête pour les jours difficiles où l’on se demande quand ça va s’arrêter cette souffrance…merci et bravo à ceux qui savent partager de telles richesses.

    Répondre
    • 22 septembre 2017 à 23 h 24 min
      Permalink

      Merci et bravo à ceux qui continuent, que ce soit dans la course, sur la Lune, dans la vie, au quotidien.
      Merci à toi pour le commentaire !

      Répondre
  • 22 septembre 2017 à 9 h 18 min
    Permalink

    Le temps est le père de la vérité … Victor Hugo
    Le marathon aussi…
    Good luck Mister Mih

    Répondre
    • 22 septembre 2017 à 9 h 25 min
      Permalink

      Un père éternellement jeune, encore, déjà et toujours !
      Merci Joseph 😉

      Répondre
  • 22 septembre 2017 à 9 h 15 min
    Permalink

    Très beau récit…je suis admiratif devant l’exploit sportif de ceux ( les vedettes et autres athlètes de haut niveau) qui survolent la distance à la vitesse d’un jet, mais ce n’est rien comparé à ce que je ressens pour les inconnus, les sans grade, les obstinés, les merveilleux courageux qui malgré la douleur, le handicap, le découragement, montrent une formidable force d’esprit et s’accrochent 5:00, parfois jusque juste la limite des 6:00…vers ceux la va réellement mon admiration.
    Chapeau les artistes !

    Répondre
    • 22 septembre 2017 à 9 h 19 min
      Permalink

      J’avais lu il y a deux ans environ un article qui mettait en avant ceux qui courraient longtemps, car la gestion de l’effort était bien différente des autres. Maintenant, je comprend 😉
      Merci pour ton commentaire Philippe…

      Répondre
  • 22 septembre 2017 à 8 h 55 min
    Permalink

    Belle démonstration de volonté et de courage ! Félicitations !

    Répondre
    • 22 septembre 2017 à 9 h 09 min
      Permalink

      Merci d’avoir lu et d’avoir commenté Juliette 😉

      Répondre
  • 22 septembre 2017 à 7 h 56 min
    Permalink

    Magnifique récit, tellement bien écrit, ou l’on ressent chaque émotion, chaque souffrance! C’est tellement rare quelqu’un qui aime encore la langue francaise au point de s’en servir pour exprimer ses ressentis!
    En tout cas bravo a toi d’être finisher , tu as un sacré mental!
    J’étais en escadrille, et mon marathonien, etait blessé lui aussi , crampes et grosses ampoules sous la plante des pieds, mais il l’a fini avec la volonté de ne pas abandonner, et de ne pas nous lacher , nous , ses coéquipières . Dimanche j’ai beaucoup appris sur la solidarité, de ne pas penser qu’a soi même , de soutenir ses partenaires dans la douleur, de les motiver pour qu’ils avancent et passent cette ligne d’arrivée.ce fut tout aussi gratifiant que de faire un chrono!
    bon récupération

    Répondre
    • 22 septembre 2017 à 9 h 08 min
      Permalink

      Quel commentaire, merci beaucoup !
      Je ne suis pas course sur route, mon domaine étant plutôt la forêt. Mais je voulais vivre ce marathon pour l’ambiance propre à ce genre d’évènement. Je ne regrette évidemment pas !
      Et si en plus, c’est source d’apprentissage sur soi, alors, c’est parfait !
      Merci à toi Myriam 🙂

      Répondre
  • 22 septembre 2017 à 7 h 33 min
    Permalink

    Bravo! J’ai adoré ton récit et, tel un roman, j’avais hâte d’en connaître le dénouement. ….
    Beau dépassement de soi…. nous sommes seuls maître de notre mental.

    Répondre
    • 22 septembre 2017 à 9 h 05 min
      Permalink

      Merci Doris !
      Comme quoi, la réalité peut être une très bonne source d’inspiration…
      En tout cas, merci d’avoir lu jusqu’au bout !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *