Chronique : Les Sempiternels d’Aude Reco

Pourquoi tu devrais lire les Sempiternels dès qu’il sera sorti le 24 décembre 2017 ?

Parce qu’avant, eh bien, t’as pas eu cet honneur.

Qui est répété indéfiniment au point de fatiguer.
Définition du Larousse pour Sempiternels

Qui est Aude Reco ?

Aude Reco, c’est une jeune femme qui s’est dit un jour : et si je me donnais les moyens de vivre de mes écrits ? Ça pourrait être fun. Forcément, ça intéresse M.Mih, alors, je l’ai interviewée il y a quelques mois. Mais laissons-la se présenter elle-même :

28 ans, blogueuse, écrivain fêlée à ses heures et accro au café. Officie dans le milieu de la SFFF. Aime le papier parce qu’on peut jouer avec. Et puis les défis.
(Présentation plus longue sur le site d’Aude Reco)

Voilà. Elle est passionnée, elle bosse et écrit régulièrement. Donc, pas de crainte, ce sera bien écrit.

Si cependant, tu préfères être rassuré (après tout, elle aime beaucoup l’auto-édition, c’est pas un truc pour les écrivains ratés ? *** Ne pas s’énerver ***), c’est la maison d’édition Walrus qui est derrière elle pour ce roman.

Walrus ? C’est une maladie ?

Créée par Julien Simon (lui aussi, M.Mih l’a questionné il y a quelques temps…), c’est une maison d’édition indépendante spécialisée dans le numérique, les expérimentations bizarres, les sous-genres douteux et le respect des auteurs. Autrement dit, c’est bien une maladie. Genre virus qui se répand. Que c’est chouette d’être malade. Surtout avec un bon livre 😉

 

Les Sempiternels

 

Depuis la dernière guerre, on croyait les Sempiternels endormis : ces créatures mécaniques, douées d’une âme et d’un cœur, reposaient inertes et loin des hommes dans le désert de Pue-la-Mort.

Mais les Sempiternels n’ont pas dit leur dernier mot, et l’heure du réveil a sonné. C’est en tout cas ce dont la baronne Alexandra Milael Noble est persuadée.

Car Alex n’est pas le genre de baronne à user les fauteuils des salons : pour elle, l’aventure et le risque sont une seconde nature. Épaulée par Majidah, sa domestique qui depuis le temps n’en est plus vraiment une, la quadrilleuse enchaîne les missions dangereuses pour le compte des autorités à bord du Vagabond, son aéronef.

Mais un abordage périlleux précipite l’appareil sur Pue-la-Mort et confronte la baronne à une révélation terrible. Alex en est persuadée : les Sempis préparent une nouvelle attaque.

Bon, franchement. Des grosses créatures qui dorment pour toujours, mais qui vont se réveiller, alala… Pas de quoi sauter au plafond (surtout si on est dans un navire volant).

Mais l’ambiance steampunk, avec des héroïnes sexy qui tiennent la barre (des navires volants) et qui se battent font qu’on accepte facilement l’élément perturbateur (le réveil des bébêtes ), gros comme une maison. Mais, parce qu’il y a un mais…

Mais voilà, Aude Reco n’est pas une p’tite débutante de rien du tout. Elle aime écrire, et elle le fait. Pas juste pour elle, mais pour nous aussi. Alors, ça commence fort, tout de suite dans l’action. Elle manie le changement de point de vue en passant d’une protagoniste à une autre (alors, oui, hein, les mecs ici, ils sont soit morts soit méchants). Et puis, l’autrice aime jouer, juste un peu, juste ce qu’il faut, avec l’un ou l’autre mot farfelu de la langue française. Et moi, j’aime bien ça. Avoue qu’on ne tombe pas sur coaltar et roupettes tous les jours…

Bon, okay, c’est un bouquin avec un scénario classique, mais bien écrit. C’est ça ?

Mais non, tu n’as rien suivi. C’est ce que je pensais moi aussi, jusqu’au milieu du livre. Là, où j’aurai pu commencer à décrocher. Parce qu’à ce moment précis, l’histoire gagne en profondeur. Les bases sont posées, Aude nous emmène dans son monde : complexe, suspense, un peu de cul (tout de même !)… Des décisions à prendre, des choix à assumer, l’envie du lecteur de comprendre. Alors oui, la fin arrive bien vite, ce n’est pas un gros roman. Il est court, peut-être un peu trop court.

N’est-ce pas le signe que l’autrice a réussi son pari, lorsqu’on est déçu d’être arrivé à la fin d’un livre ?

 

Pourquoi lire les Sempiternels ?

(c’était pas déjà le titre de ton article ?)

 

via GIPHY

  • Parce que l’ambiance est chouette : navire volant, flingues, machines, perso cool à imaginer.
  • Parce qu’il y a du mystère, de l’originalité et de l’humour.
  • Parce qu’Aude Reco est présente sur les réseaux sociaux, et tient un chouette blog. Bref, c’est une autrice à soutenir.
  • Ça se lit facilement, et tu pourras apprendre l’un ou l’autre mot pour briller pendant les soirées de jeu de rôles.
  • Parce qu’un jour, j’aimerais bien être publié chez Walrus, et du coup, faudra bien que tu aies déjà l’habitude d’acheter chez eux.

Tu ne devrais pas lire les Sempiternels si…

(tu remarqueras, c’est écrit plus petit…)

  • Tu aimes les univers posés, expliqués, et pas être jeté dans l’action. Bref, tu es plutôt Tolkien que Pratchett
  • Tu t’attaches aux personnages, et en dessous de 300 pages, tu refuses d’arriver à la fin de l’histoire
  • Tu n’aimes pas le steampunk, la science-fiction et ce genre de littérature (mais franchement, je doute que tu sois arrivé sur ce site alors..)
  • Tu n’as pas encore appris à lire

En conclusion

J’ai eu beaucoup de plaisir à le lire et à écrire cette petite chronique. Ce n’est pas pour moi un bouquin qui va changer ma vision du monde, mais cela me rappelle que c’est cool de lire des romans légers. Ma principale critique négative est la taille du roman.

Merci à Aude pour son livre, et à Walrus pour leur travail. Et merci de m’avoir donné la possibilité de le chroniquer.

Les Sempiternels, aux Éditions Walrus, sortira le 24 décembre 2017. Tu peux le retrouver au format numérique chez ton libraire e-book préféré (évite les DRM).

Le site d’Aude Reco

Le site des éditions Walrus

 

Les Sempiternels d'Aude Reco

Pour toute demande de chronique, c’est par là : formulaire de contact.
Et j’ai une superbe idée, tu pourrais t’inscrire à la lettre de M.Mih (juste en dessous). Classe, non ?

Un petit partage...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someonePrint this pageShare on TumblrFlattr the author

Une pensée sur “Chronique : Les Sempiternels d’Aude Reco

  • 8 décembre 2017 à 22 h 02 min
    Permalink

    Conclusion : JE LE VEUX!!!!!!

    Répondre

Laisse un commentaire ici plutôt que sur Facebook