Un jour, une semaine, un mois… à Baja Aïkido

La Pierre et le Sabre (livre 1): page 577 / 857
Films regardés : 6/11
Toutes les photos, régulièrement mis à jour, sont ici : Objectif Uchi-Deshi en image.

Mais qu’est-ce que vous faites ?

– Combien d’article comptes-tu écrire ?
– Un par semaine
– Tellement. Mais qu’est-ce que tu vas raconter ? C’est tout le temps la même chose ici : Aïkido, jardin, nager.

J’ai répondu à Senseï que j’ai beaucoup d’imagination. Mais ce n’est pas d’imagination dont j’ai besoin, c’est d’observation. Ce qui se passe autour de moi, et tous mes Senseï savent que je ne vois pas (au sens capter, comprendre, prendre) grand chose, même avec mes lunettes. Mais aussi surtout, d’observer ce qui se passe en moi. C’est comme cela que j’espère donner un point de vue intéressant, ou en tout cas unique, à mes articles. Raconter un marathon de 6h de l’extérieur, c’est assez ennuyeux, non ? Mais si j’observe comment j’ai vécu cette expérience, alors j’ai quelque chose à partager.

Mais de temps en temps, oui, quelques articles ont un point de vue externe. Comme la présentation de Baja Aïkido. Et l’article que tu es en train de lire ! Et puis, après l’expérience dans l’océan, ça fait du bien d’être sur un ton un peu plus léger, n’est-ce pas ?

 

Un mois à Baja Aïkido

Framagirl et moi vivons au jour le jour ici. Les journées sont assez remplies, et la fin de cette période est assez lointaine pour être abstraite. Qu’y a t’il dans une journée ?

7h30 : Nous mettons un réveil de sécurité, mais nous sommes éveillés avant. Petit déjeuner très léger, Framagirl va s’entraîner à la poutre et moi, je vais courir pieds nus sur la plage (en fait, je l’ai fait quatre fois seulement…)

9h : Nettoyage du tatami et début du cours.

10h30 : Après le cours, moment de conditionnement physique, à la poutre, ou à l’arrière de la maison de Senseï, monter à la corde, taper un palmier, ou porter un tronc. Faire des abdos avec un tronc. Arracher des herbes en mode entrainement pour Nikkyo (technique d’Aïkido).

11h15 : Cours de Yoga avec la compagne de Senseï, Anh. C’est une forme très exigeante, avec beaucoup de gainage. Pour l’instant, je n’ai pas réussi à suivre un seul cours en entier, sans arrêter les mouvements avant la fin.

12h45 : Lunch time !

14h30-16h : Stretching en autonomie

16h-17h : Jardin

17h-18h : Cours d’armes à l’extérieur (plage ou à l’arrière de la maison de Senseï)

18h : Direction la plage

19h30 : Repas préparé par Anh, la compagne du Senseï. Arrosage d’une partie du jardin

21h :  Lecture de Musashi dans le lit et dodo…

Alors là, tu te dis…

Bisou !

Mais c’est tout mignon, tout rempli. C’est un emploi du temps très scolaire, en fait…

Et bin non !  Croire que la monotonie et l’habitude peuvent s’installer serait une erreur. Sur cet emploi du temps en apparence bien cadré, tu peux rajouter autant d’items parmi la liste qui suit, à répartir pendant ce premier mois :

  • Les types qui viennent récupérer la poubelle arrivent entre 11h et 13h. Nous sommes attentifs… Ils arrivent finalement à 17h30.
  • Le cours du matin doit commencer sans Senseï, car les types qui récupèrent le compost sont tombés en panne d’essence.
  • Senseï nous réveille à 1h du matin, car il y a un feu de forêt pas loin. On reste éveillés pendant une heure, prêts à prendre nos affaires et à partir si l’incendie se rapproche. Il faut savoir qu’à Todos Santos, il y a un camion de pompiers, qui fonctionne mais qui n’a pas d’eau…
  • Interruption du cours de Yoga, car un cheval est passé devant le dojo. Il faut le mettre hors de la propriété.
  • Interruption du lunch time, car deux chevaux sont entrés. Il faut les mettre hors de la propriété.
  • Un type a coincé son 4/4 dans le sable, il a besoin d’aide.
  • Coupure d’électricité (x2), ne pouvant pas cuisiner, on va manger en ville des tacos.
  • Je me fais piquer deux fois de suite par un insecte invisible, coincé dans mon t-shirt (invisible, ou extrêmement bien camouflés), type guêpe. Je me fais piquer, j’enlève mon t-shirt, le secoue, rien. Je le remets, me refais piquer, je l’enlève, le laisse dehors pendant 24h…
  • C’est le matin, peu avant le réveil… Tiens, on dirait qu’il pleut. Non, il y a de la pression dans les robinets pour l‘arrosage. Il faut se lever et en profiter pour tout arroser, quitte à décaler le cours du matin.
  • I have a special job for you. Cette phrase est un piège. Un piège inévitable.
  • Senseï décide de décaler l’une des activités une demi-heure plus tôt. Ou plus tard. Les voies du Senseï sont impénétrables.
  • Un élève externe arrive (nous en avons vu deux pour l’instant…), l’emploi du temps s’adapte. Avec parfois un cours de yoga supplémentaire, et le cours du soir qui est plutôt dans le dojo. Mais pas forcément.
  • Il y a des crevettes à préparer (les décortiquer, et enlever l’intestin). Ça prends du temps, ça sent fort, et ça attire les mouches.
  • Aller voir un lâcher de bébés tortues. Ils sont fous, ils foncent (enfin, comme des tortues) vers l’océan.
  • Apprendre le français avec la compagne du Senseï.
  • Apprendre le français avec Oscar, élève externe.
  • Apprendre l’Anglais avec Duolingo.
  • Réfléchir au prochain article pour le site, et trouver le temps de le rédiger…
  • Servir de modèle de dessin pour Framagirl.
  • Le bruit de l’océan trop agité qui empêche de dormir. Tel un orage lointain…
  • Faire attention à ne pas tuer Baki, le chat du Senseï, qui a la fâcheuse manie de vouloir jardiner avec nous…
  • Ne pas se faire pipi dessus par un papillon. Oui, il y a plein de gros papillons. Oui, un papillon, ça fait pipi. Même quand tu dors.

Quelle drôle de bête !

Dans l’article de la semaine prochaine…

Un changement important dans l’aventure Uchi-Deshi… Je te laisse deviner dans les commentaires de quoi il peut bien s’agir…

Expérience Parangon

Si tu trouves les photos qui suivent bizarre, l’explication est dans cet article : Parangon, évolution et dynamisme.
Toutes les photos de l’expérience Parangon, évolution et dynamisme en cliquant ici.

17_10_29 face17_10_29 profil17_10_29 dos17_10_29 visage

Tous les articles Uchi-Deshi sont sur la page Artiste Martial.
Les magnifiques photos sont là.
Toi aussi, il t’arrive des trucs chelou ? Alors, inscris-toi à la lettre de M.Mih (en bas de cette page), pour ne pas oublier de revenir sur ce site 😉

Un petit partage...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someonePrint this pageShare on TumblrFlattr the author

7 pensées sur “Un jour, une semaine, un mois… à Baja Aïkido

  • 1 novembre 2017 à 20 h 32 min
    Permalink

    … la photo-pieds (faute au pied) peut-elle être changée… ???

    Répondre
  • 1 novembre 2017 à 20 h 28 min
    Permalink

    pas le temps de vous ennuyer, je vois. Mais c’est pour beaucoup ainsi. On fait un emploi du temps, un programme et op! tout le temps autre chose d’ imprévu dans cet imprévisible vie. Donc finalment tout est prévu… même et surtout cet imprévisible à prévoir chaque jour, à tout heure. Enfin en ce 1er novembre vous aviez déjà un évènement prévu… avec j’espère des « beaux et magnifiques imprévisibles »! Là cela vaudra la peine. Bises.

    Répondre
    • 6 novembre 2017 à 20 h 17 min
      Permalink

      Merci pour tous ces commentaires !
      Voilà un 1er novembre peu habituel, il est vrai.

      Répondre
  • 1 novembre 2017 à 16 h 24 min
    Permalink

    pas trop de défi avec « dame nature » : eau, terre, feu, vent!!! contentez-vous de défier la nature intérieure en vous. Je pense que le aikido est une bonne école. Les jours de repos, faites repos « TOTAL et COMPLET » càd aussi remercier la seamine passée à travailler et vous ouvrir à la suivante pour qu’elle soit encore meilleure : « toujours plus loin, toujours plus haut, toujours mieux ». Bises à vous2

    Répondre
  • 1 novembre 2017 à 16 h 19 min
    Permalink

    En ce jour « béni des dieux »! je te souhaite un très bon et heureux anniversaire… je pense qu’Elodie saura te combler de ses bons voeux! un peu plus de souffle pour les bougies. Normal plus tu avances plus ton souffle se perfectionne et l’Aikido t’y entraîne. Gros bisous à toi et tà ta chère Elodie. Bonne route vers votre prochaine destination.

    Répondre
  • 29 octobre 2017 à 20 h 22 min
    Permalink

    Je lis avec intérêt ..et j attends la suite ..Salutations

    Répondre

Laisse un commentaire ici plutôt que sur Facebook