Martin Winckler, écrivant et… médecin !

Entrée en musique, tranquillement assis, voilà qu’il parle d’écriture. Et surtout de celui qui écrit. Comment on l’appelle, déjà ? Un écrivain ? Quand devient t’on écrivain, alors ? Et quand on atteint le statut d’écrivain, on l’a à vie ? Martin Winckler parle d’écrivant : nous sommes tous, édités ou non, vivant de l’écriture ou non, des écrivants. Et il n’y a pas de fin à ce sentier. On commence et finit écrivant. Voilà la première chose que m’a appris Martin. La deuxième, c’est que tout le monde peut écrire, qu’il n’y a pas une seule littérature, mais au contraire, à chaque écrivant ses lecteurs, son style, son vocabulaire. Mais je vous en prie, entrez. Alors, quoi de neuf, docteur ?

 

Bonjour Martin Winckler. Vous êtes écrivant et… médecin. Vous écrivez des romans, des nouvelles, des livres sur la médecine, des vidéos pour les jeunes écrivants sur DraftQuest. Vous êtes engagé dans différents domaines, donnant votre avis sans langue de bois… Comment vous définiriez-vous ?

 

​Comme un individu qui a eu de la chance ​(je suis un homme blanc né dans un milieu favorisé, j’ai pu faire des études et j’ai rencontré le succès en publiant des livres) et qui essaie de mettre cette chance au service des autres (en soignant, en écrivant, en prenant la parole aux côtés de ceux qui ne l’ont pas).

 

Vous écrivez tous les jours. Quelle est votre méthode secrète pour écrire ?

​Je n’écris pas tous les jours mais presque. Je n’ai pas de méthode secrète : j’aime écrire, je le fais depuis que je suis (pré-)adolescent.

Quand j’écris, je me sens bien.

Et puis j’ai appris à taper à la machine à 17 ans en 1972, alors depuis cette époque j’écris vite et beaucoup. Et j’ai gagné ma vie en écrivant très tôt (dès que je me suis installé comme médecin, j’ai bossé dans une revue médicale). Alors ça ne me demande pas d’effort particulier. Cela étant, ce qui aide, c’est de ne pas être tout le temps concentré sur la même chose (un seul texte, un seul livre) ​mais de pouvoir se détendre en écrivant autre chose. J’écris beaucoup de textes différents parce que ça me permet de ne pas m’épuiser. J’écris pour mes blogs, des articles, des courriels (comme la réponse à cet entretien), tout un tas de projets différents…

 

D’où est venu l’idée de créer un MOOC pour ceux qui veulent se lancer dans l’écriture ?

 

​L’idée est de David Meulemans, l’éditeur des Forges de Vulcain. Le MOOC existe depuis cinq ans, et il m’a demandé de collaborer via des vidéos. J’ai déjà animé des ateliers d’écriture (je le fais chaque année depuis une dizaine d’années au Canada) mais pas participé à un MOOC et ce sont mes premières vidéos, j’ai trouvé que c’était un défi intéressant de parler d’écriture sous cette forme, j’espère que ça aide les internautes qui s’engagent dans le MOOC – ou dans l’écriture en général. ​

 

Comment voyez-vous le statut d’un médecin dans 500 ans ? Et celui d’un écrivain ?

Euhlamondieu, je ne vois pas si loin. Je pense qu’il y aura pendant très longtemps – et peut-être toujours – des individus pour soigner, pour partager des histoires ou diffuser le savoir. Les formes changeront, mais les personnes qui le font seront toujours là. Inventer/raconter des histoires est une activité très ancienne, bien antérieure à l’écriture et elle me semble indispensable aux cultures et aux relations humaines. Soigner, c’est pareil. Alors je ne pense pas que des machines feront aussi bien. (En tout cas, pas au point d’éliminer toute intervention humaine.)

Qu’est-ce qui anime votre Vie ?

Les relations avec les gens et les histoires que je lis, que j’invente, que je regarde.

 

Vos cinq valeurs essentielles… ?

​Le respect, la solidarité, l’humour, la quête du savoir, la lutte contre les injustices et les abus de pouvoir.

 

Des conseils pour être heureux ?

Euhlamondieu. Je ne peux pas donner ce genre de « conseils ». Ça dépend trop de la situation de chacun et les conseilleurs ne sont pas les payeurs, comme on dit. En ce qui me concerne, je suis plus heureux quand je m’occupe de mes proches et quand je me concentre sur ce que je connais bien et ce que j’aime faire plutôt que sur des problèmes auxquels je ne peux rien. Mais c’est valable pour moi, pas forcément pour les autres.

 

Quels sont vos projets à venir, tous domaines confondus ?

​Des livres, des articles, des billets de blog, des courriels, des conférences, des rencontres avec les lectrices/lecteurs…  🙂

Quelle est la question que vous aurez aimé que je vous pose ? Et la réponse ?

​Pourquoi écrivez-vous ?

et la réponse est :

Parce que c’est mon mode d’expression préféré – après la parole.

Mais les paroles s’envolent tandis que les écrits peuvent parfois rester très longtemps…

 

Merci beaucoup de m’avoir accordé un peu de temps…

 

 

Le site personnel de Martin Winckler

Son blog pour les écrivants

DraftQuest, avec le Mooc (dont la vidéo est extraite)

 

Retrouve d’autres écrivains en entretien en cliquant ici.

Un petit partage...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someonePrint this pageShare on TumblrFlattr the author

Laisse un commentaire ici plutôt que sur Facebook