Ce serait dommage que ça se perde

Des phrases, qui sont autant d’invitations à penser qu’à ne pas penser. Et inversement.

 

La neige tombe. Elle ne s’en relèvera pas.

 

L’an nuit. Vivement l’année du soleil.

 

Enfin l’un fini. Ce n’était pas si interminable.

 

L’espoir existe, je le côtoie tous les jours.

 

Comment hostile ?

 

Parents, soyez les curieux bienveillants qui permettent à l’enfant de passer d’un areuh qui gazouille à un heureux qui vadrouille.

 

Nous sommes tous source de lumière pour nous même, encore faut-il enlever la brume de nos émotions, le voile de nos croyances limitantes, la grisaille de notre cynisme, la couverture tristement chaude de notre mesquinerie…

 

Et si… mais si… si… Avec des si, on se pourrit la vie. Les Si sont souvent la cause de la moitié de nos soucis.

 

Un petit partage...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestEmail this to someonePrint this pageShare on TumblrFlattr the author

Laisse un commentaire ici plutôt que sur Facebook